Accueil Les chroniques de Xian Chronique de Xian n°1 : Introduction
Chronique de Xian n°1 : Introduction PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Partager sur FaceBook
25 juin 2003 : CHRONIQUE N° 1.

Alors donc, nombreux sont les lecteurs du « web » qui recherchent des informations les plus diverses à propos de cette discipline au nom imprécis : Ju Jitsu, Ju Jutsu, Jiu Jitsu ....

Des curieux se demandent s’il s’agit de karaté, d’autres recherchent à travers la pratique d’une gestuelle conventionnelle la voie mystérieuse de l’Orient. J’ai presque été tenté d’écrire la voix.

On se tait pour bien apprendre, pour bien comprendre et façonner au mieux ce que l’on fait, et par pudeur. Progresser et évoluer est une aventure personnelle, en art martial plus encore qu’en toute autre discipline. Mais la gestuelle n’est pas tout, l’esprit veut son compte, il veut connaître, savoir, découvrir.

Et le temps passe, et l’ancien se retourne et regarde ceux qui déjà le remplacent sur le tatami, le temps est passé. Et le regard du disciple, droit devant remercie le Maître. « Je n’ai jamais vu plus belles postures de ju-jitsuka que celle de mon Maître Iso », Jigoro Kano

Durant des siècles, les secrets furent jalousement gardés, se déroulant de rouleaux d’écritures en rouleaux d’écritures. Depuis Irving Hancok des centaines d’ouvrages ont été publiés parlant de ces « jutsu » et de leur efficacité légendaire, héritage d’un passé révolu, d'une tradition ancienne et d'un savoir-faire affiné par plusieurs générations de chercheurs, de champions, d'experts.

D'abord fortement teinté d'exotisme et d'étrangeté, l’enseignement des techniques s’est codifié peu à peu et fait l’objet d’une promotion constante.

L’engouement des choses de l’Orient, la recherche d’un certain mystère, le rêve de l’efficacité réelle et les idées les plus diverses à propos de la pédagogie des arts martiaux ont souvent conduit le néophyte sur des chemins de traverse. Des différences fondamentales demeurent entre les arts martiaux, que ce soit dans leur forme, dans leur but actuel ou dans leurs ambitions respectives. La confusion, souvent diffusée en toute bonne foi, favorise malheureusement un certain mercantilisme.

Chaque discipline a bien entendu sa place et sa valeur, il entre dans la perspective de cette chronique qui pourrait être hebdomadaire de proposer un discours jiu-jitsu qui convienne au pratiquant de qualité, au nouveau venu au dojo comme à l’assistant du professeur, un discours clair, débarrassé du mysticisme et des querelles de clochers, un propos qui souligne la beauté du geste, qui comprend le message du compétiteur moderne tout autant que celui du disciple traditionaliste nippon.

Il pourrait y avoir ici les mots que les enseignants ne trouvent jamais le temps de dire tant la correction des détails de la gestuelle mange les minutes.

Xian.