Accueil Les chroniques de Xian Chronique de Xian n°5 : Technique et violence
Chronique de Xian n°5 : Technique et violence PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Partager sur FaceBook
16 octobre 2003 : CHRONIQUE n°5 : Technique et violence

L'inquiet s'est inscrit. Un long cheminement commence. Mais le chemin des arts martiaux est parfois très court.

Récupérés par la "Société", les Arts Martiaux que l'on enseigne sans précaution ne débouchent sur rien, ne dévoilent rien, n'apprennent rien.

Celui-là qui était violent se sent trompé, lésé, violenté plus encore.
Celui-là qui était paisible, sans envie de se battre ni de se faire battre ne comprend rien à cette litanie de mots (de maux) qu'on lui assène : nomenclature d'attaques, techniques de frappes, violence, violence, violence.

L'homme qui, à travers les arts martiaux, choisit la voie de la violence est un faible, écrasé par ses propres peurs d'un monde qui le rejette sans cesse parce que lui-même toujours rejette ce monde-là.

La peur - la peur de la douleur que l'on pourrait ressentir conduit la plupart d'entre nous aux arts martiaux.

La réponse à la violence n'est pas la technique.

La réponse de l'art martial est d'aller du doute de soi à la domination de soi.
Quel merveilleux chemin ! Quel but si extraordinaire qu'il n'en est que tout simplement humain.
La démarche globale du Ju-Jitsu, physique et mentale peut s'imposer comme une réponse au problème de la violence tant par ceux qui craignent de subir que par ceux qui, se sentant victimes incomprises de notre société n'ont plus apparemment d'autre réponse que la violence.

La violence est une énergie naturelle qui nous pousse à un affrontement. Dans un affrontement, on ne peut rester intègre que lorsque l'on garde la faculté de choisir - et même la fuite est un choix. La technique apprise donne une potentialité de violence. Dès l'instant où le combat n'a pu être évité - jusqu'à l'instant précis où il est stoppé, il a fallu être capable de violence. Il a fallu appliquer une technique.

Jiu-Jitsu vous mène à la maîtrise. La Maîtrise, c'est lorsque la non-violence résulte d'une décision de l'esprit dans un corps capable de violence. La passivité est toujours perçue par autrui. Si cet autrui est figé dans un mental d'agression, l'agression sera inévitable.

Ju Jutsu profond et véritable, ressenti en soi comme la gestuelle de base d’un équilibre corps esprit laisse perplexe les non-pratiquants, il inquiète les non-violents passifs et ne représente qu'un objet de mépris aux yeux des irréductibles de la compétition.

En se servant du corps comme d'un moyen (étude des techniques) on en cherche et on en développe toutes les possibilités fonctionnelles. La dignité de l'homme exige qu'il obéisse à une loi plus haute que celle de la violence.

Vengeance et revanche se doivent d’être absentes du dojo.

Pas de compétition possible. Je ne parle pas ici de techniques d’entraînement émulatives et nécessaires mais bien entendu de la recherche médiatisée de la gloire comme but humain final !
Ceux qui mûs par ce sentiment de puissance et ce désir de gloire viennent chercher un affrontement ou l'occasion de se faire valoir ne rencontreront au sein du dojo que regards étonnés. Au moment qu’ils n’attendent pas, ils seront projetés, ils découvriront la fermeté décisive du sens réel de la gestuelle, la fulgurance d'un esprit libre, la disponibilité d'un corps qui échappe à la saisie.

Au dojo, nul pratiquant ne s'abandonnera aux remous infernaux de la violence, aux gestes agressifs et incontrôlés.
Celui qui nous accompagne en Jiu Jitsu doit savoir qu'il lui faudra d’abord apprendre à se vaincre lui-même par une profonde connaissance de soi et d'avoir à résoudre ses propres contradictions avant de résoudre celles qui seront amenées par les circonstances de la vie.

La connaissance de la technique, la compréhension de l'intelligence de l'adversaire, l'affranchissement de la peur sont résultats et bénéfices de la pratique au dojo.


Se maîtriser c’est d’abord apprendre à vaincre la violence avec la technique, ensuite de la vaincre par notre seule maîtrise.


Xian.