Accueil Les chroniques de Xian Chronique de Xian n°7 : Pourquoi Jujitsu ?
Chronique de Xian n°7 : Pourquoi Jujitsu ? PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Partager sur FaceBook
16 décembre 2003 : CHRONIQUE n°7

Personne ne peut l’ignorer, les bons vœux de Stéphane sont en avant-première, c’est bientôt l’an neuf. Comme lui, je participerai donc à la fête tendre et chaude au cœur : vivre un an de plus.
Plaçons donc ce petit mot un peu en retrait, laissons un moment sacrifier au veau d’or et à la dinde à se farcir.

La chronique mensuelle (de Xian) trouve donc sa vitesse de croisière, venant à point nommé pour implémenter la pratique et le quotidien sous-tendus par les new’s, le site électronique Ju-Jutsu et le forum des pratiquants.
Tout au long de l’année prochaine, du cœur au ventre, la chronique s’attachera du mental au technique à la démonstration de l’évolution positive de l’art martial originel.

Il ne s’agira nullement de faire l’historique des arts martiaux japonais ou de présenter tel ou tel mouvement comme la méthode unique et absolue, infaillible. Il existe pour les uns une littérature abondante, pour les autres de nombreuses démonstrations farfelues et suffisantes.

Il importera plutôt ici d’examiner autrement comment une discipline physique martiale, de guerre donc, de destruction, peut devenir acteur et moteur d’une civilisation humaine du bonheur et du confort, quelle relation elle peut avoir avec les philosophies de l’âme et la conquête du moi individuel et occidental.

Certains d’entre nous pratiquent sportivement, d’autres techniquement, certains se donnent corps et âme, parfois en vivent, quelques uns réfléchissent et se perdent dans la contradiction abyssale de l’antinomie orient – occident.

Une année se termine, vécue intensément, une autre s’ouvre où je vais tenter le pari hébertiste, la démonstration simpliste de l’assurance d’une saine conduite de vie : la pratique régulière d’un art martial fortifie, la rencontre des civilisations peut se faire au travers de techniques corporelles, la paix du cœur peut être atteinte par la pratique guerrière de l’art martial à mains nues fondamental : le JU-JUTSU.

Le combat, affrontement entre deux individus, deux clans, deux collectivités, deux nations, existe depuis la genèse, il est vain de le nier. Il n’est pas non plus heureux de croire inutile le précepte latin vis pacem para bellum et de se forcer à un pacifisme bêlant qui – démonstrations multiples et séculaires faites, mènent peut-être à un courant de pensée humaniste (mais à quoi sert-elle lorsque cet homme-là disparaît ?). La violence est de notre quotidien, JU-JUTSU nous aide à la canaliser, à la dominer, à nous conserver notre place d’homme, d’humain.

Les expressions populaires : « la peur au ventre » ou « avoir des tripes » évoquent en un langage rude la place physique réelle qu’occupe l’action mentale qui sous-tend nos actes glorieux ou les raisons de notre fuite devant l’événement. Ainsi, on trouve dans ces termes primitifs ce que démontre le long discours médico-social qui tente de théoriser la gestuelle que nous pratiquons.

JU-JUTSU, se plaçant au-dessus de la raison sociale courante, va donc nous aider à ne pas devenir ventre mou, à ne pas nous diluer sous de fausses conceptions éthiques ou esthétiques. JU-JUTSU va nous aider à être à l’écoute de nous-même et donc des autres, nous sentir à notre place, à créer ce champ magnétique favorable à l’évolution que nous avons nous-mêmes choisie.

Ainsi donc, arbitrairement sans doute, mais comme en tout il faut se donner une méthode de base, voici les dix thèmes que je vous proposerai en 2004. Toutes vos remarques et idées sont les bienvenues....
Le dojo
Le débutant
Technique et violence
Violence et insécurité
Le Japon
Victoire par la paix
Le pouvoir de tuer
Doju
A quoi bon l’art martial
L’assujettissement à la société

Bonne lecture à tous.
Passez d’une année à l’autre avec sincérité, bonheur ...
Et modération.
Je vous souhaite un très joyeux et très réussi moment de vie différent.

Xian.