Accueil L'avis d'experts L'avis de Michel Doublon
L'avis de Michel Doublon PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 30
MauvaisTrès bien 
Partager sur FaceBook

Michel Doublon , membre de la commission nationale de Jujitsu, CTR de la ligue du Limousin et arbitre continental.

LEJUJITSU.NET : Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours martial ?
Michel Doublon : CN 5ème dan, BEES 2ème degré, arbitre continental de jujitsu, CTR de la Ligue du Limousin, membre de la commission nationale de jujitsu, formateur en arbitrage.

LEJUJITSU.NET : Quel est votre avis sur l'aspect du jujitsu tel qu'il est dispensé par la FFJudo ?
Michel Doublon : L'approche est pertinente car tous les aspects sont abordés : progression technique, passages de grades, self-défense, duo, combat...

LEJUJITSU.NET : Etes vous pour ou contre la compétition en jujitsu ?
Michel Doublon : Pour : C'est une excellente vitrine pour la discipline et un test de vérité pour les pratiquants.

LEJUJITSU.NET : L'aspect défense du jujitsu semble incontournable. Travailler la self-défense en kimono sur un tatami, n'est-ce pas inadapté ?
Michel Doublon : Le kimono et le tatami facilitent les apprentissages et conservent l'esprit de la discipline ; le contexte "civil" est approprié vis-à-vis de publics spécifiques ou pour des pratiques spécialisées.

LEJUJITSU.NET : Le jujitsu est un art long d'apprentissage. Combien de temps faudra-t-il à un élève, en moyenne, pour savoir se défendre ?
Michel Doublon : Ce temps est variable selon le profil, la motivation... Quel que soit le niveau considéré, on apprendra toujours.

LEJUJITSU.NET : Quel est votre intérêt pour les autres écoles de jujitsu ?
Michel Doublon : Très faible, purement informatif.

LEJUJITSU.NET : Le jujitsu est rattaché a la fédération de judo et n'a pas de fédération propre. Quel est votre avis ?
Michel Doublon : Mieux vaut être le "Petit Poucet" d'une fédération puissante et structurée qu'indépendant mais faible et isolé.

LEJUJITSU.NET : Pensez-vous que le jujitsu soit indissociable du judo ?
Michel Doublon : Originellement indissociables, judo et jujitsu doivent fonctionner par synergie.

LEJUJITSU.NET : Pensez-vous qu'il soit considéré à sa juste valeur ?
Michel Doublon : Les domaines d'action de l'un et de l'autre convergent et divergent à la fois. Quant au grade, le sujet est des plus sensibles. Je pense que le grade ne reflète que partiellement la valeur du pratiquant et qu'il ne faut pas lui accorder une valeur absolue.

LEJUJITSU.NET : Considérez-vous qu'un judoka et un jujitsuka ont les mêmes compétences ?
Michel Doublon : -

LEJUJITSU.NET : La fédération est-elle à l'écoute des pratiquants et enseignants ?
Michel Doublon : Globalement oui, mais il y a parfois loin de la base au sommet.

LEJUJITSU.NET : Que pensez-vous de la formation des enseignants qui dispensent le (judo-)jujitsu ?
Michel Doublon : Cette formation reste à développer

LEJUJITSU.NET : Pensez-vous que le karaté-jutsu, le krav-maga ou le yoseikan budo sont des arts concurrents qui puissent nuire à notre discipline ?
Michel Doublon : Non, ce sont des pratiques mineures, ponctuelles... La "concurrence" est au moins autant ou plus dans les sports collectifs, les pratiques de forme...

LEJUJITSU.NET : Que manque-t-il au jujitsu français aujourd'hui (si toutefois il manquait quelquechose) ?
Michel Doublon : Un centre national d'entraînement pour l'élite, et un plan de formation pour les cadres (entraîneurs, arbitres).

LEJUJITSU.NET : En tant que grand spécialiste, comment faites vous pour vous perfectionner davantage ? Quelles sont vos méthodes d'entraînement personnelles ?
Michel Doublon : Rien ne remplace la pratique personnelle ; l'aspect "recherche" me semble aussi très important une fois atteint un certain niveau d'expertise.
Une approche polyvalente (bases techniques, taiso, self-défense, duo, combat...) me semble incontournable. Bien conduite, elle optimisera ultérieurement la spécialisation.

LEJUJITSU.NET : Votre mot de la fin ?
Michel Doublon : Le jujitsu est toujours en phase de développement et n'a pas encore atteint sa plénitude.